Monn amour

Tu as immergé ton dard dans une ruche à fiel nauséabonde,

dans un orifice, une fente, dans une gueule alcoolisée.

Tu as souillé les draps de notre espace luxuriant.

Faible, l’esprit possédé par son sexe...

Tes roupettes, je te les broierais bien une à une. 

 Mais cette brève n’a ni queue ni tête…

 

Ton braquemart manque de rigueur …

il s’emballe à tout bout de fesses.

Je croyais que tu étais physionomiste ?

Une grosse cochonne pétulante est apparue,

en bonne âme charitable tu lui as tendu ta ….

Ton groin l’a bien flairé, tu as bien forniqué.

Bande de lourdauds, de peigne-culs !

 

Un peu de justice…elle fût une belle truffe !  

Champagne, sueur, pute après pute…

Trou du cul, trou de balle, trouduc !  

Salop, salope, saloperie, « saperlipupette » !

 

Salle teigne et maudite bougresse saltimbanque,

sous ta mine  prude et tes dessous invisibles.

Réel masque chafouin et nymphomane!

Je me retiens de ne pas vous la mettre à l’envers,

vous seriez capable d’y prendre goût.

 

La gaudriole aimera toujours la lune,

fidèle à tous les coups !

Les histoires baveuses de Popol et Bertha

sillonneront les ères et les planètes …

Sessions de « Turlututes »,

paradis de « Cunilinglis »,

constellation d’histoires de fesses,

sans faim, ni fin …

 

       Nina Solal

 

PS : Spéciale dédicace & remerciements à Boule de Coco qui a trouvé le titre. 

Copyright © ninasolal.com. Tous droits réservés à son auteur , Toute reproduction interdite.