Je suis une faramineuse merde inutile, un tas d’os souillés, une peau de balle dotée de muscles rabougris ne servant absolument à rien... Je suis considérablement navrée de t’avoir fait perdre ton temps si inestimable. Quelle abjecte femme j’ai dû être à tes côtés ! Comment toi? Grand manitou de toutes les ères de la nuit des temps et des ténèbres… Ouuu ! hé oui ! Au moins ça!… donc je reprends….. Comment !? Tu as pu t’amouracher d’une petite femmelette futile, garnie d’un cerveau vide et d’une ambition navrante à la vue de tes poings engagés… OUch… !

Pardon mon HAaaaAAA …A....a… Amour !  Je méritais tes baffes intempestives, surtout celles à la volée, mes favorites !  Tu vociférais : Hourra aux développements psychiques sous-développés ! Vive les miséreux. Je ne  prenais pas le risque d’émettre un avis ! De la moindre minuscule analyse économique à  La cuisson de la baguette du lundi midi ! Pssssss...Quelle audace ! PAF PIF ….PIF !  La désobéissance se métamorphosait en Interruption de Temps de Vie (ITV)  et non remboursée par la sécurité sociale. En général, je me calfeutrais sous le lit... histoire que les couleurs bleutées s’estompent, que mes mensonges paraissent véritables… Pas si niaise ! N’est-il pas ?!!

Je vénérais tant l’idée d’être ta préférée,  celle sur qui tu déchaînais tes frustrations… L’enthousiasme et cette volupté que tu ressentais lors des projections de tes si violentes ardeurs… Sur ce corps qui ne m’appartenait plus… Avec du recul, tu prenais soin de moi ! Si, si ! Tu me couvrais d’une attention absolue…. Waouuuu !  

Et …tes caresses… contusions après chocs ! Je ne les anticipais plus.  Je commençais à être silencieusement terrifiée… Bien que la tendresse, mon amour,  avait selon moi cette exacte définition que tu m’illustrais jour après jour …. Par quel moyen sortir de cet enfer normalisé ? Sans omettre ton côté magicien !  Tu opérais tes tours  à coups d’humiliations perpétuelles.  Avec précision,  tu les mettais en scène face au public !  Ta passe ultime, je la nommais : La féerie du cauchemar…AAAAAAAARGH…The End, Clap clap clap ! Une autre !...Pfffffff  …bah non …

Je me délectais parfois à l’idée de… te quitter !  Néanmoins le découragement écrasait sans piailler cette  entreprise… à mon sens,  bien trop colossale par rapport à mon énergie efflanquée…

Encore impressionnée par ta finesse stratégique... ni vu, ni connu … Toi ? Femme battue? Diantre ! D’où tu m’accuses ? Vois-je du bleu noir violacé sur ton visage d’ange ? Bien évidement c’était réglé au micron prés sous l’encolure de ma chemise. Tu n’es pas épanouie ma cruchette  dans ce palace quatre étoiles ?

Miséricorde ! Si j’avais pu t’empaffer  une droite immodérée rien qu’une ridicule fois … Ce n’est pas raisonnable ? Et bien… Rien à cirer ! Je pourrai presque comprendre le régal qu’il prenait … 

 Donc ! MERCI ! Pour ce coup de boule rotatif amoureusement posé qui a déclenché chez mois l’alerte irrémédiable … Le jour de ma LIBERATION n’était plus à reporter ! Ce mardi-là, j’ai ouvert un œil aux urgences grâce aux voisins un peu plus inquiets que d’habitude… Une énième attaque de ce genre ne l'emporterait pas au paradis ! 

Le sauvetage  était bien plus qu’une oasis dans le désert de Gobi...  A 22h53, Je poussais mon premier cri…, accompagnée des services sociaux en nombre renforcé,  d’un cortège de police, d’un juge, d’une association, d’une psychologue, de ma pomme et de mes amis rudement perturbés, et, …d’un coup, PAF…  je ne me sentais plus seule…

Malgré mes trous de mémoires,  liés à une amnésie intelligente triant sur le volet les évènements ; je parviens à me reconstruire, certes  au compte-goutte, à mesure de ce que je peux supporter…. Et je me réjouis enfin ! de n’être  plus anesthésiée…

… Pour clôturer en toute beauté ! Je m’insurge quant au titre à t’octroyer ? Monsieur le président ne suffirait pas à te gargariser convenablement ! (ce serait presque justifié à la vue du charisme du dernier, bref !). De quelle façon atteindre ce niveau où tu estimes te situer ?  Monsieur le Prince des ténèbres serait un pléonasme inutile ?  Monsieur muet une farce extraordinaire ?  Monsieur  tout court une goujaterie sans nom…. 

….. Quelle sotte !  Je suis infichue de te placarder une horreur qui te sierait à merveille…  alors un ultime  remerciement mon chéri pour ce passage détonant marqué au fer rouge dans ma vie de femme mortelle ! J’ai l’honneur de t’informer qu’à ce  jour je suis devenue mortellement et brillamment vivante ! Décidée à démasquer les contrefaçons en tous genres d'êtres inhumains. 

Ps : Nom d’une Mornifle ! T’approches plus d’un poil de moi et ne t’avises plus JAMAIS  de songer à une tarte bien salée… !  Sans quoi Obélix…   Oh stop je censure ! C’est insupportable rien qu’à l’idée de ce menhir planté dans ton sphincter de poule mouillée !

Nina Solal

 

ps : Un Grand merci au modéle et sa tasse de thé...! What else ?

Copyright © ninasolal.com. Tous droits réservés à son auteur , Toute reproduction interdite.